Retransmission en direct de la présentation de

Prof. Pere Roca i Cabarrocas, directeur scientifique de l’IPVF sur les thèmes:

Plasma Processes, Materials & Devices “Research & Management” &

Nouveau Programme Scientifique et Technologique de l’IPVF

 

La session s’est terminée le 3 octobre à 14h. Merci à tous !

Pere Roca i Cabarrocas est ingénieur industriel de l’Université polytechnique de Barcelone, spécialité techniques énergétiques. En 1984, il déménage à Paris où il fait un DEA en énergie solaire et obtient son doctorat de l’Université Paris VII en 1988. Après des études postdoctorales à l’Université de Princeton, il est recruté par le CNRS et affecté au Laboratoire de Physique des Interfaces et des Couches Minces de l’École polytechnique. Il est professeur à l’Ecole polytechnique, directeur du LPICM depuis 2012 et de la Fédération Française du Photovoltaïque depuis 2014. Depuis 2016, il est professeur invité au Nara Institute of Technology. Il a plus de trente ans d’expérience dans le domaine du dépôt par plasma de couches minces pour les applications à l’électronique sur des grandes surfaces : cellules solaires, transistors pour les écrans plats, capteurs, etc. Ses recherches portent sur l’étude des décharges RF pour le dépôt de couches minces de silicium amorphe, polymorphe et microcristallin, ainsi que leurs alliages avec le carbone, l’azote, le germanium et l’oxygène. Afin de mieux comprendre la croissance de ces matériaux et l’effet des paramètres du procédé sur leurs propriétés structurales et électroniques, il a utilisé des techniques de diagnostic in situ telles que l’ellipsométrie UV-visible, la sonde de Kelvin et la conductivité micro-ondes résolue dans le temps. Ses travaux plus récents portent sur la synthèse d’agrégats dans le plasma et leur utilisation comme briques de base pour la croissance épitaxiale de couches minces de silicium et de germanium, ainsi qu’à leur hétéroépitaxie sur du GaAs. D’autre part, il a étendu les procédés plasma à la croissance des nanofils verticaux en silicium pour les cellules solaires de troisième génération, et de nanofils horizontaux (Si, Ge et GeSn) pour les applications dans l’optoélectronique. Il a rédigé plus de 480 articles dans des revues à comité de lecture, 200 publications dans des comptes rendus de conférences internationales, détient 36 brevets et a supervisé 50 doctorants. Il a reçu la Médaille Blondel en 2004, le Prix de l’innovation de l’École Polytechnique en 2009 et la médaille d’argent du CNRS en 2011.
Share This